Une merveilleuse chanson de Barbara nous permet de pratiquer quelques verbes au futur simple.

Les verbes au futur sont en rouge.

–> Idées d’exercices:

  • Résumez la chanson
  • En particulier, quel est le sens de la dernière strophe ?
  • Changez  les pronom sujets par d’autres: ex: j’irai –> ils iront
  • Mettre tous les autres verbes au futur

–> Notez aussi l’expression: avoir beau + infinitif. Cette expression peut avoir un sens un peu différent selon le contexte, ici on pourrait la traduire par: despite, even if.

–> J’ai beau t’aimer encore, j’ai beau t’aimer toujours
–> J’ai beau n’aimer que toi, j’ai beau t’aimer d’amour

–> Notez les verbes relatifs à un bateau ou un voilier: je chavire (to capsize), je tangue (to pitch, to toss), je vire (to veer, to tack)

 

 



DIS, QUAND REVIENDRAS-TU

Paroles et musique: Barbara

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti
Tu m’as dit: “Cette fois, c’est le dernier voyage”
Pour nos coeurs déchirés, c’est le dernier naufrage
“Au printemps, tu verras, je serai de retour
Le printemps, c’est joli pour se parler d’amour
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris
Et déambulerons (stroll) dans les rues de Paris!”

REFRAIN:
Dis, quand reviendras-tu?
Dis, au moins le sais-tu
Que tout le temps qui passe
Ne se rattrape guère…
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus!

Le printemps s’est enfui depuis longtemps déjà
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois
À voir Paris si beau en cette fin d’automne
Soudain je m’alanguis (I become sad), je rêve, je frissonne (I shiver)
Je tangue (I spin), je chavire (I roll), et comme la rengaine (old tune)
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne (I crawl)
Ton image me hante, je te parle tout bas
Et j’ai le mal d’amour, et j’ai le mal de toi

REFRAIN

J’ai beau t’aimer encore, j’ai beau t’aimer toujours
J’ai beau n’aimer que toi, j’ai beau t’aimer d’amour
Si tu ne comprends pas qu’il te faut revenir
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs
Je reprendrai la route, le monde m’émerveille
J’irai me réchauffer à un autre soleil
Je ne suis pas de ceux qui meurent de chagrin
Je n’ai pas la vertu des femmes de marins
[au masculin: … des chevaliers anciens]

REFRAIN

 

Soutenez ce blog, ajoutez un commentaire, merci !

 


 

Leave a Reply

Previous Post
«
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: